UN MAGAZINE CHIC,CHOC ET CHARME

Un magazine jamais vendu en kiosque,uniquement lu sur le net pour et par les écrivains et tous les artistes aimant l'art du bien vivre et qui veulent lire en musique.
Chic,choc et charme



jeudi 23 mai 2013

LE MAGCHIC AU 43 ème prix Maison de la Presse avec Laurence BEAU notre envoyée spéciale

Le 43 ème prix de la Maison de la Presse a été attribué à Juste avant le bonheur d’Agnès Ledig (Albin Michel)
Des photos de cette soirée

Laurence Beau et Harold Cobert Auteur de Au nom du père du fils et du rockn' roll chez EHO




Le président

La lauréate Agnès Ledig

Laurence Beau en mode MagChic

Gilles Paris auteur de l'Autobiographie d'une Courgette

Et un grand bravo aux auteurs nominés qui avaient séduit le MagChic...Valérie Tong Cuong,Catherine Locandro et David Foenkinos qui n'ont pas démérité!

LE MAGCHIC AVEC MAGALIE pour un hommage à Georges Moustaki


Georges Moustaki Crédit photo:Gala

Le Magchic ouvre ses colonnes à ce grand poète disparu aujourd'hui et s'associe à la douleur de ses proches...Magalie Destailleur lui rend un vibrant hommage
"L'amour ne peut plus voyager. Il a perdu son messager…………
Celui dont les gens malheureusement ne retiennent que "Ma Liberté" et le "Métèque" n'est plus… comme le facteur de sa chanson il s'en est allé : « Il est parti dans le ciel bleu
Comme un oiseau enfin libre et heureux »
Lui qui disait « Brassens était mon maître, Piaf était ma maîtresse » était un artiste engagé, un immense poète.
Il a écrit quelques 300 chansons pour les plus grands interprètes français.
Homme à femmes… Il en avait aimé certaines, deux sont restées dans nos mémoire : des femmes en noir, Piaf, ce petit bout de femme, et Barbara, la « longue dame brune»
Il avait une passion pour le Brésil, dont il aimait la littérature, celle de Jorge Amado et la bossa nova. Les influences brésiliennes sont très présentes dans plusieurs de ses albums… On se souvient de sa reprise «Les eaux de mars», reprise d’ « Aguas de março» d'Antonio Carlos Jobim
Brillant artiste peintre, ses toiles sont aujourd'hui orphelines...
Il restait humble. Il était flatté par les hommages d’artistes de la nouvelle génération et heureux de savoir que les enfants notamment continuent d’apprendre ses chansons à l’école, il était plus circonspect à l’égard des honneurs officiels. «Je n’aime pas beaucoup les médailles, ni la guerre. Et je ne sais pas comment réagir quand une école prend mon nom. Je suis au service de la langue française, et non l’inverse.»
Ce soir je suis triste, il va me manquer et manquer à la chanson française.
Au revoir Monsieur Georges, et comme vous le disiez si bien :
« Nous avons toutes la vie pour nous amuser, nous avons toute la mort pour nous reposer»…
Je vous souhaite un bon repos….
Magalie Destailleur

UNE HISTOIRE A TENIR DEBOUT de Régine Salvat


Chroniquer un livre ce n’est pas de l’obstétrique…on n’est pas toujours obligé d’assister à sa naissance, parfois on le découvre au hasard des rencontres…..ou bien le livre est comme un enfant il a des retards de croissance liés à des facteurs exogènes.
Tenez !!Ce qui me décide à choisir un livre sa couverture, son titre qui en dit long, trop, ou pas assez….
A la lecture du livre de Régine Salvat, ces principes volent en éclat……la couverture masque un torrent d’amour et de générosité.
Au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi, un invincible été. Camus
Régine est l’été dans ce monde apathique et replié sur lui-même, elle est la mère de Rémy.
Qui est Rémy ?? son fils, il s’est suicidé non pas pour revendiquer, non pas pour se faire plaindre mais pour poser une croix si lourde malgré l’aide de sa maman.
Monsieur le Président ma fin de vie de vous intéresse ?? une question à priori effrayante posée à Monsieur Sarkozy, premier magistrat du pays.
Dans Cette histoire à tenir debout j’ai vu tout le contraire de ce que la couverture annonçait preuve s’il en est qu’il faut tout de même ouvrir le livre.
D’abord rongé par le remords d’avoir lu ce livre plus d’un an après sa sortie, je me suis mis en tête de résorber ce débat intérieur et aujourd’hui je suis fier de participer à la deuxième naissance de cet opus. Plus qu’un livre c’est une histoire de vie….
Le hasard a voulu que Rémy soit atteint d’une maladie mitochondriale. Le hasard encore a voulu que les maladies rares, héréditaires et évolutives soient justement l’objet d’étude de sa mère. Elle est donc la première à percevoir les failles infimes de son fils. Pourtant les médecins, eux, refusent d’y croire. Dans un corps à corps entre la folie qui guette et la raison qu’il faut garder, cherchant à abattre ce monstre qui assaille son fils, Régine Salvat traverse la France, hante les couloirs d’hôpitaux dont elle essaie d’enfoncer les portes… Mais les plus difficiles à ouvrir sont celles que Rémy a fermées. Celles qui verrouillent son labyrinthe mental, son « monde de Rémy », celles qui pourraient expliquer : J’ai bien réfléchi. Je dois partir.
Rémy aimait l’aïkido, le parachutisme, la philosophie, et Laëtitia.
Le hasard a voulu que je me trouve en contact avec cette femme, cette mère courage qui porte un regard assez dur sur la médecine et sur son environnement légal. La douleur s’exorcise par l’écriture et quelle belle écriture, je suis bluffé par le style de cette biologiste médicale de formation.

"Dans un corps à corps entre la folie qui guette et la raison qu'il faut garder, cherchant à abattre ce monstre qui assaille son fils, Régine Salvat traverse la France, hante les couloirs d'hôpitaux dont elle essaie d'enfoncer les portes... (Journal du dimanche)"
Régine et Rémy ont parlé pour les malades en exprimant, en verbalisant les émotions profondes de ceux qui ne s’expriment pas. Loin d’être un livre qui nous fait peur, il est un chant d’amour qui m’arrache des larmes en le lisant et en écrivant ces lignes ce soir….l’écran de mon ordi devient flou chère madame ….votre courage, votre humilité, votre détermination et vos souffrances m’ont donné un grand message d’espoir en m’amour de la vie et surtout le sens à lui donner…..

"On ne maîtrise malheureusement pas tout et comme dit Régine à Rémy.. « Nos sens captent ce qui n’est plus…quantités de mystères doivent nous échapper… D'accord, nos sens sont limités. Ils ne captent qu’une part de tout ce qui est….on a du boulot devant nous ! Et des idées à faire circuler, une vraie révolution "

Cette phrase que je mets volontiers hors du contexte du livre m’a permis de dépasser toutes les angoisses et incertitudes, elle m’a guidé tout au long de la lecture
L’expérience des autres ne servirait elle à rien ?? Surtout pas !!!elle modifie le regard porté sur ceux-ci et le mien ne sera plus jamais comme avant Parler d’un ouvrage, parler de l’auteur voir lui parler, la forme de la critique en prend un sacré coup mais ne faut il pas bouleverser les conventions pour mieux se libérer des préjugés sur l’euthanasie …..pour que des hommes et femmes comme Rémy n’en soient plus réduits au suicide….Régine ce fut votre combat, c’est encore votre combat.Merci
Un livre à lire et qui n’entraîne aucun dommage sur l’état de notre moral plombé par une météo capricieuse.
Je suis fier d’avoir lu ce livre.

Henri Delorme©Le MagChic Mai 2013

Broché: 299 pages
Editeur : JC Lattès (9 février 2011)
Langue : Français
ISBN-10: 2709636255
ISBN-13: 978-2709636254

mardi 14 mai 2013

SECRETS DE FEMMES de Nathalie Cougny



Le MagChic sort inhabituellement de son rôle de chroniqueur pour soutenir ouvertement ce livre et lui apporter un soutien inconditionnel.
Que nos lecteurs se rassurent..la forme et le fond y sont ...ils ne ressortiront pas indemne de cette lecture



Secrets de femmes un livre qui vous saute à la figure comme une grenade !!!!

Cet opus a connu plusieurs directions avant de parvenir à « Secrets de femmes ». Deux ans de recherches et d’écriture ont été nécessaires pour arriver à un ouvrage relativement complet accessible
Il retrace aussi l’histoire du droit des femmes et apporte de nombreux éléments liés aux violences, et part d’une histoire personnelle, comme c’est souvent le cas(interview de Nathalie Cougny)

Quatre femmes, Aurore, Nour, Valérie et Agathe quatre destins brisés par des hommes, à travers leur témoignage bouleversant confient leurs secrets de femmes.
Quatre histoires vraies de femmes : Aurore « Otage » d’un homme pendant 17 ans, sans le savoir ! Cet homme dont elle découvre un soir de ST Valentin à la fois sa double vie et son orientation sexuelle, comment assume t-elle les conséquences de cette homosexualité cachée qui a dévasté sa vie. Nour, l’algérienne supporte la violence conjugale et les coutumes. Valérie subit le harcèlement moral et Agathe la violence conjugale avec viols.
Ces quatre femmes se sont livrées au plus profond de leur corps et de leur âme, marquées par des hommes qui n’ont pas su, eux-mêmes enfermés dans un « Je ». Des hommes qui n’ont pas eu le courage ou suffisamment de recul pour en sortir et qui ont pris ces femmes en « otage », aux confins de leurs propres souffrances, ou du fait de coutumes ancestrales.

« Il y a dans ce livre un bien étrange carrefour, hommes et femmes vont-ils se rejoindre ou simplement se croiser ? Mais surtout qui sont ces hommes exploiteurs des sentiments féminins que la société ne condamne pas ? Où sont les lois égalitaires « (Denis Benedetti, écrivain et libraire)

Un parcours initiatique hallucinant ! Quatre témoignages de femmes qui ne veulent pas enterrer leur passé avec un gigantesque espoir de se reconstruire, dans un mélange d’amour et de confiance
Bâti sur le terreau de souffrances épouvantables, ce livre m’a immergé en tant qu’homme , dans le labyrinthe monstrueux de ces femmes battues, violées, flouées au plus profond de leur chair.

Témoignage du Dr Sacquet Le médecin, que je suis, en lisant les mots de Nathalie, a revu le visage de toutes ces patientes reçues en consultation, souvent en urgence, victimes de blessures au corps et au coeur. J’aurais aimé lire ce livre avant de les voir, car j’aurais abordé leurs maux d’une autre façon, avec un autre regard, avec d’autres mots. L’ouvrage de Nathalie a une âme qu’aucun cours magistral ne pourra jamais évoquer. Dr Eric Sacquet

J’ai, à la lecture de ce livre, ressenti le Germinal du sexe et de la violence des hommes. Un registre émotionnel rare pour un ouvrage qui sera à coup sur le LIVRE de la FEMME. « Ces quatre témoignages nous font voyager à travers le quotidien monstrueux de femmes battues, violées, blessées par des hommes. Et même si chacune de ces femmes a vécu de manière différente les pires atrocités, elles se rejoignent toutes sur un même point : l’espoir de s’en sortir « Pauline Pioche Chérie FM

Paradoxalement très empathique pour nous les hommes, cet ouvrage doit nous aider à éliminer cette violence qui peut ôter l’intégrité des femmes. En lisant ce livre et surtout en partageant ses grands messages, vous donnerez l’écho à ces femmes, à toute les femmes pour que leurs cris ne perdent pas dans les limbes et les abysses de la violence dominante. Nathalie Cougny, avec empathie et recul livre un ouvrage qui deviendra le bréviaire des femmes de l’avenir, plus qu’un réquisitoire contre les hommes, un plaidoyer pour des hommes meilleurs dans un siècle où la violence contre les femmes tue.

Des statistiques effrayantes justifient et légitime le combat de l’auteur qui a reçu le soutien de nombreuses personnalités dont Richard Berry qui le dit si bien…..Un combat qui nous concerne tous ! -
Une femme sur cinq dans le monde sera victime de viol ou de tentative de viol au cours de sa vie,
- Les femmes représentent 70% des pauvres dans le monde,
- Les Nations Unies estiment que les « féminicides » conduisent à provoquer le manque de 200 millions de filles sur la planète.

Ce livre propose un bref rappel historique qui suit les témoignages. Sans entrer de façon détaillée dans l’Histoire de la femme, mais dans leur histoire intime, celle de leur vie, il propose une ouverture, une vision franche, honnête, ponctuée de cris, ceux du cœur.
Henri Delorme Le MagChic Mai 2013

«Vous allez lire « Secrets de femmes ! », un jour vous vous souviendrez qu’il a participé à humaniser la société, et grâce à vous, parce que vous en aurez propagé le cri.» Denis Benedetti, écrivain, libraire


Titre : Secrets de femmes !
Auteur : Nathalie Cougny
Parution le : 15 mai 2013
Éditeur : Au pays rêvé
Isbn : 978-2-91896-623-4
Ean 13 : 9782918966234
Prix : 20 €
Caractéristiques : 200 pages
Genre : essai, témoignage
Nathalie Cougny
Biographie
Artiste multi facettes et multi talents, Nathalie Cougny est également peintre autodidacte, cotée à Drouot Cotation des Artistes. Née en 1967, elle vit actuellement en région parisienne avec ses quatre enfants. En 1998, elle change d’orientation professionnelle pour se consacrer au bénévolat dans le monde artistique. Elle dirige dès lors une école d’Art et organise de nombreuses expositions d’artistes, notamment pour des projets philanthropiques

lundi 13 mai 2013

INDIGO de Catherine Cusset



La chronique de notre envoyée spéciale,à Arcachon ...par Laurence Duffour

CATHERINE CUSSET vient de recevoir le prix littéraire 2013 de la ville d’ARCACHON,lors de la «Plage aux ecrivains» les 4 et 5 mai 2013, pour son roman INDIGO , paru aux éditions GALLIMARD.
Dans ce livre, CATHERINE CUSSET nous entraîne en INDE avec trois intellectuels et artistes français invités pour un festival culturel dans le KERALA.
Les égos exacerbés de ces personnages seront bien malmenés dans un Orient électrique,sur fond d’attentats à BOMBAY.
Ils devront faire face à leur solitude, leurs déceptions, les désillusions d’une quête sans fin du bonheur rêvé.
Ce qui, à première vue, pourrait sembler léger et surfant sur des clichés rabâches du choc Orient Occident et du dépaysement aux odeurs d’épice et de lascivité, prend avec CATHERINE CUSSET une certaine profondeur grâce à son analyse fine et aiguë des
passions humaines et des tourments de l'âme.
Le voyage est plaisant, sensuel, mais sans doute un peu moins enthousiasmant que d’autres de ses romans, comme le remarquable «Un brillant avenir» à lire ou relire.

Laurence Duffour pour le MagChic

Editions Gallimard
ISBN 2070138380
EAN 978-2070138388

samedi 11 mai 2013

LA LISTE DE MES ENVIES AU CINEMA


"La liste de mes envies", beau succès d'édition de Grégoire Delacourt, est actuellement adapté pour le cinéma sous la direction de Didier Le Pêcheur. Les deux principaux rôle sont tenus par Mathilde Seigner et Marc Lavoine. L'histoire est celle d'une modeste commerçante d'Arras qui gagne une forte somme au loto



Souvenir de notre chronique de 2012




Mon cher Grégoire nous avons lu et adoré le livre quoi de plus normal que cette critique à 4 mains!!!
Lui (en fait moi) Passer par Arras quand on est au bord de la piscine sous le chaud soleil du Lubéron…c’est possible…. Il y a quelques années en allant à Lille j’aurais pu croiser Jocelyne Guerbette.
Ne la cherchez pas sur FB ou Google , pourtant cette mercière à Arras est une femme simple qui se contente de plaisirs simples.J’allais dire une femme normale qui affronte la vieillesse avec des enfants partis du nid.
Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Elle a l’air de bien connaitre les hommes,et elle tient un blog de coutures et broderies mais chez elle, il y a trente ans de bouts de ficelles pour un bateau qui fout le camp.


Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Finalement vous allez croire qu’elle mène une vie étriquée…et bien non..le sort en a décidé autrement,car Jocelyne gagne au loto.Oui !!! Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être. Elle commence à dresser la liste des ses envies qui comme les fruits défendus ont un goût pervers. Jocelyne sait la perfidie des désirs qui nous affligent.

Elle (Kate..mon épouse)
Qui n’a pas fantasmé sur les envies qui se déroulent sous ses yeux comme un banquet sur une grande nappe blanche. Des étoiles dans les yeux avec une grande lucidité sur les mecs et leur veulerie et notre supériorité plus évidente qu’on ne le croit. Une looseuse ??non une bosseuse,une femme qui agit tout en portant les mecs à bout de bras,faisant souvent office de coach ! Cette Jocelyne je la sentais bien mais elle m’a agacé en n’allant pas chercher l’argent du gain tout de suite Et puis il fallait le trouver ce gros naze de Jocelyn (une chance sur des millions qu'une Jocelyne épouse un Jocelyn!), travaille à Häägen-Dazs, rêve d' un écran plat et de l'intégrale de James Bond avec des rêves de gros beauf Dis moi chéri dis je à lui quelle liste ferais tu de tes enviesEn tout cas il est fort l'auteur et gonflé de se mettre dans la peau d'une femme réussie..je connaissais seulement jusqu'à présent les garçons manqués!

Lui (moi en fait) j’ai envie de….....

Elle et ben moi je ne commence pas par ça. Et voilà comment on s’est engueulés pour un livre qu’on a adoré…il fait débat et dresse un joli portrait des avanies que l’argent peut apporter...nos besoins sont ils plus forts que nos envies?
Ce que dit l’Express est éloquent : « Le dernier livre de Grégoire Delacourt truste en ce moment les premières places dans les ventes de romans. Peut-être parce que l’histoire donne l’eau à la bouche et fait rêver tout un chacun. Peut être aussi parce qu’avec cet ouvrage, Grégoire Delacourt ose une originalité littéraire : un roman initiatique dont le personnage principal est une quadragénaire. Jocelyne n’a rien d’une candide : elle a déjà vécu des épreuves douloureuses avant que le roman ne commence, elle est loin d’être née de la dernière pluie, et, si elle est rêveuse, elle n’est pas naïve. Certes, elle avoue, à la fin du livre, que cette épreuve a tué en elle « quelque chose de terrible qui s’appelle la bonté ». Mais armée de son bon sens et de son réalisme, elle surmonte calmement cette étape, et rebondit avec panache. »

Nous (HA et Kate) Nous avons ,Kate et moi, adoré ce livre tout à notre bonheur de ne pas avoir gagné cet argent ,le rêve est toujours là !! Coluche ne disait il pas:" C'est le problème des rêves : c'est que c'est fait pour être rêvé". Ce livre est à mettre absolument à lire en couple,en duo,en binôme pour partager ces instants de bonheur et délicatesse si bien tracés par Grégoire Delacourt….et il devrait être remis par la Française de jeux à chaque gagnant pour ses vertus initiatiques(je prends le risque de paraphraser l’Express
Et pour moi,et pour nous deux un livre est réussi quand on a envie de lire les autres livres du même auteur..ce sera fait

Henri-Albert &Kate Delorme©LeMagChic Juin 2012 recommandent ce livre pour l'épanouissement du dialogue dans le couple...il n'est absolument pas interdit aux célibataires!


Editions : JC Lattès
Collection : Littérature française
Date de Parution : 02/2012
Code EAN/ISBN : 9782709638180
Hachette : 4549374
Prix public : 16.00 €
Format : 130 mm x 205 mm
220 pages

AU PAYS DES KANGOUROUS de Gilles Paris



Sortir de dépression est à l’évidence une épreuve douloureuse, entrer en dépression aussi mais pénétrer dans celle du héros au Pays des kangourous devient une aventure exceptionnelle…toute l’analyse de ce mal qui frappe aveuglément et déclenche rarement l’empathie.
La meilleure endoscopie nous est proposée par Simon, neuf ans, vit avec son père Paul et sa mère Carole dans un vaste appartement parisien au Trocadéro.
Gilles Paris devait éprouver le besoin d’ écrire ce lire pour évoquer la dépression vue de l’intérieur comme si on entrait dans le lave vaisselle dans lequel Simon a vu ,un matin, son père recroquevillé
Ce matin, j'ai trouvé papa dans le lave-vaisselle.
En entrant dans la cuisine, j'ai vu le panier en plastique sur le sol, avec le reste de la vaisselle d'hier soir.
J'ai ouvert le lave-vaisselle, papa était dedans.
Il m'a regardé comme le chien de la voisine du dessous quand il fait pipi dans les escaliers. Il était tout coincé de partout. Et je ne sais pas comment il a pu rentrer dedans : il est grand, mon papa.
En fait, le couple n'en est plus un depuis longtemps, la faute au métier de Carole, qui l'accapare. Paul est écrivain, il écrit pour les autres.Carole est une femme d'affaires, elle passe sa vie en Australie, loin d'un mari qu'elle n'admire plus et d'un enfant qu'elle ne sait pas aimer. Le jour où Paul est interné pour dépression, Simon voit son quotidien bouleversé. L'enfant sans mère est recueilli par Lola, grand-mère fantasque et jamais mariée, adepte des séances de spiritisme avec ses amies " les sorcières ", et prête à tout pour le protéger.
L’enfant va explorer avec force de rêves et de curiosité cette maladie étrange qui perturbe les adultes.
Il rencontre alors l'évanescente Lily, enfant autiste aux yeux violets, que les couloirs trop blancs des hôpitaux font paraître irréelle et qui semble pourtant résolue à lui offrir son aide.
Porté par l'amour de Lily, perdu dans un univers dont le sens lui résiste, Simon va tâcher, au travers des songes qu'il s'invente enfermant les yeux, de mettre des mots sur la maladie de son père, jusqu'à toucher du doigt une vérité que l'on croyait indicible
Gilles Paris édite, ... il écrit et comment !!!je dirais plutôt qu’il décrit avec tact et sensibilité sans pathos.
On ne peut que ressentir des bouffées de chaleur et d’espoir à la lecture de bijou de livre à la confluence du rire et des larmes.
L’enfant que j’aurais bien vu partenaire de St Exupéry dégage un je ne sais quoi de différent qui donne envie de ne plus le lâcher.Simon sort de l’ordinaire avec le touchant bon sens faussement naïf de ses pairs. Un enfant partagé entre un père écrivain voûté sur son ordinateur et une mère scotchée à son portable,un enfant lucide :
« Le métier de maman, c’est de voyager en Australie. Elle est directrice de marketing chez Danone. Oui, le yaourt. Alors, quand je suis triste et que maman me manque…….. »
.Nous , adultes, devons lire dans le regard de cet enfant le ressenti de nos mômes face à nos duperies et nos propres bêtises.
Voici de quoi dédramatiser les situations les plus critiques de notre quotidien pour nous apprendre à hiérarchiser et classer nos priorités….avec ce zeste de folie sérieuse ……de Lola, ses sorcières et son spiritisme dans le décor suranné de l’appartement de la rue Lamarck
Henri Delorme Le MagChic Mai 2013
Editions Don Quichotte
250 pages
ISBN 9 782359 490589
Prix 18€

dimanche 5 mai 2013

ILS MARCHENT LE REGARD FIER de Marc Villemain



Il faut toujours se méfier des apparences….un livre court n’est pas un petit roman…celui de Marc Villemain détonne dans l’univers littéraire contemporain par son style d’écriture..il en va de la haute écriture comme il en est de la haute couture.

L’ouvrage taille un joli costume à ceux qui prennent les anciens pour des vieux débris comme si on admettait une obsolescence programmée du genre humain… De nos jours …..ça et là on ne voit que manifestations….et les vieux vous les imaginez dans la rue?
Et si la colère venait non pas des jeunes, mais des vieux ?

Et si les vieux décidaient un beau jour d’en finir avec un monde qui les marginalise et attend qu’ils s’éteignent en ruminant le passé devant leur poste de télévision ?
On nous bassine avec un soi-disant « nouveau mai 68.

Et si les vieux se levaient et entreprenaient tout à coup de chambarder l’ordre du monde ?
Marie et Donatien — lui qu’on appelle « le Débris » —, sont de ces vieux qui vont mener la charge. Deux amants sages, las, pacifiques, n’éprouvant rien de l’antique peur de mourir mais bien désireux de partir la tête haute et de laisser derrière eux un monde pas trop ingrat. Julien, leur fils, a choisi son camp, celui d’une jeunesse en rupture d’histoire, pour entonner la rengaine de l’avenir. Entre eux, le fossé de la révolte.

Le narrateur, ami d’enfance de Donatien, raconte, avec ses mots arrachés à la terre, les minutes de cette improbable insurrection, de cette force tranquille que Donatien aura tenté de ragaillardir jusqu’à l’impensable — et jusqu’au drame.
Ces personnes âgées qui meurent abandonnées dans des EHPAD qu’on n’ose plus appeler maison de retraite au cœur d’interminables discussions de pensions alimentaires.

Un jour, j’ai croisé une grand-mère qui marchait en regardant le sol comme si elle avait peur de lire l’indifférence de notre société tournée vers les jeunes, vers ce culte de l’éternité de la jeunesse….les vieux du livre marchent le regard fier….ils refusent la résignation..
Se résigner n’est ce pas mourir un peu ???

Et si notre société faisait le choix de se débarrasser des ses fardeaux qu’elle pense traîner et qu’un tour de vis budgétaire éliminerait ????
L’heure de la révolte a sonné chez Marie et Donatien prêts à tout …..y compris commettre l’irréparable face à leur fils, qui représente l’arrogance de ces jeunes face a ces personnes âgées devant être obligatoirement rentables.
Notre société qui a le culte des chiffres et des profits doit s’interroger sur le sort réservé à ses anciens…soyons en reconnaissants à Marc Villemain d’avoir posé la question dans ce roman qui, mine de rien, pose beaucoup de questions..quel monde voulons nous laisser à nos enfants ???
J’ai découvert la littérature au sens noble du terme au long de ces 88 pages bourrées de charge émotionnelle..un livre « militant » je dirais de conviction.... à lire pour étayer sa réflexion sur soi et sur son devenir…pour qu’un jour, âgé, on puisse marcher dans la rue …le regard fier

Henri Delorme Le MagChic Mai 2013

Edition Les Editions du sonneur
Code ISBN 978-2-9161 163592
Prix 13€
Nombre de pages 88