UN MAGAZINE CHIC,CHOC ET CHARME

Un magazine jamais vendu en kiosque,uniquement lu sur le net pour et par les écrivains et tous les artistes aimant l'art du bien vivre et qui veulent lire en musique.
Chic,choc et charme



dimanche 23 juin 2013

LES GENS HEUREUX LISENT ET BOIVENT DU CAFE de Agnès Martin-Lugant



Les gens heureux lisent et boivent du café..déjà !!!rien que le titre !!!!!!
Il en va de ces livres comme les vins d’été…..si légers (au sens noble du terme) qu’on les découvre par hasard,on se met à les consommer, et curieusement des heures, voire des jours plus tard ils laissent des traces Le roman d’Agnès Martin–Lugand appartient à ce cru littéraire…..

Je me garderai bien d’évoquer l’épopée de son édition (Paris Match ,France Inter ont suffisamment bien évoqué le phénomène).

Un animateur TV(déplaisant) n’avait pas aimé…il ne lisait que du Proust…dommage..mais merci à lui ..un roman qui lui a déplu à ce point ne pouvait que me plaire….

« La bêtise des gens consiste à avoir une réponse à tout. La sagesse d’un roman consiste à avoir une question à tout. » disait Milan Kundera...
Je me suis dit que la personne qui avait mis ce titre à ce livre méritait de voir son livre exposé à cœur ouvert et avait des choses intéressantes à nous dire et de bonnes questions à nous poser.
Une histoire qui démarre fort, de suite, on apprend la mort de la fille et du mari de Diane Diane se met soudainement à songer à son mari et sa fille….« Ils étaient partis en chahutant dans l’escalier. […] J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux. ».

Ce drame épouvantable va laisser Diane seule face à ses interrogations, à sa fragilité partagée entre tristesse et remords..une vie brisée. Le temps passe mais n’apporte pas la paix à Diane qui ne remonte pas la pente…malgré l’aide ….Cet ami qui ne peut sortir Diane du sarcophage des souvenirs, baigné par les pleurs et les regrets. L’exil !!mais oui pourquoi ne pas partir en Irlande….elle prit la décision de louer et vivre dans un cottage appartenant à Abby et à son mari Jack . Elle était loin d’imaginer que la présence du neveu de ses hôtes qui à défaut de la soustraire à son chagrin va lui pourrir la vie et mettre les souvenirs des jours heureux entre parenthèses... Le temps passe mais n’apporte pas la paix à Diane qui ne remonte pas la pente .Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. C’est peut-être en foulant la terre d’Irlande, où elle s’exile, qu’elle apercevra la lumière au bout du tunnel….

Diane, 32 ans, est au fond du gouffre. Elle a perdu tout ce qui comptait pour elle, et même Félix, son ami de toujours et associé, n'arrive plus à rien. Une seule solution : s'exiler, partir au milieu du nulle-part de l'Irlande pour se recentrer, faire le point et se prouver qu'on est toujours en vie. A découvrir. Diane si fragile qui ne pouvait rien faire sans son mari va se confronter à la rudesse chaleureuse des Irlandais ….et faire une rencontre surprenante, celle d’Edward le neveu du couple ..une rencontre marquée par le sceau d’une antipathie farouche et réciproque…entre deux personnages cimentés par leur propre solitude. Vont-ils finir par s’apprivoiser ?? Diane va-t-elle rester fidèle à la mémoire de Colin, son mari disparu ?

Au moment où tout semble s’arranger, intervient cette femme étrange venue de nulle part « Force était de constater qu’aucun homme ne pourrait lui résister. Elle était magnifique, avec sa robe noire qui n’était ni vulgaire, ni aguichante. Juste sexy, classe, dévoilant ce qu’il fallait de peau pour donner envie d’en découvrir plus. » Une histoire simple, banale ?? L’histoire de Diane ??

Le livre démonte très bien la question de la mécanique du deuil et les incertitudes suite à la disparition d’êtres chers….

Un récit nous fait passer par toutes les émotions. Impossible de rester insensible au parcours tantôt dramatique, tantôt drôle de cette jeune femme à qui la vie a tout donné puis tout repris, et qui n’a d’autre choix que de faire avec.
Ce qui m’a plu dans cette brillante analyse c’est la manière dont l’auteure dissèque avec finesse, humour et tendresse les mécanismes de l'âme humaine pour nous livrer des récits qui nous parlent et qui nous vont droit au cœur. On en oublie, comme Diane /Agnès, le décor de ces terres brûlées par les vents …..ces vents qui parcourent la lande et ébouriffe les cheveux des hommes comme Heatcliff ,un air des Hauts de Hurlevent souffle sauvagement dans nos cœurs…. Il s’installe immédiatement, au fil de la lecture, une empathie avec l’héroïne de ce récit émouvant …qu’aurions nous fait à sa place..consulter un psy…fuir ???

Pour Agnès ce fut la solution de l’exil…. « C’était difficile de me sentir chez moi, rien ne me rappelait ma vie d’avant. La nuit n’était pas éclairée par les lampadaires ni animée par les bruits citadins. Lorsque le vent faiblissait, le silence en devenait oppressant. J’aurais rêvé que mes voisins (toujours absents) fassent une grosse fête pour avoir une berceuse. Les odeurs entêtantes des pots-pourris n’avaient rien à voir avec celle du parquet ciré de notre appartement, et l’anonymat des commerces parisiens était définitivement très loin. » Va-t-elle revenir à Paris ? Voilà j’ai lu la carte du tendre…..un beau récit sur l’amour, la volonté et un portrait de femme dans sa relation avec les hommes….des hommes indécis, tiraillés, comme on en voit tous les jours…une histoire simple de la complexité des sentiments..une histoire d’aujourd’hui.

Bouleversé et chamboulé Agnès, votre Diane m’a émue…puisse t’elle bien mieux se porter dans sa nouvelle vie…juste un mot.. ;dites lui de moins fumer !!!! Un conseil…si vous lisez cet ouvrage dans le train ..surveillez les stations, une fois commencé, vous ne le lâchez plus !!
Henri Delorme©Le MagChic Juin 2013

Broché: 253 pages
Editeur : Michel Lafon(6 juin 2013)
Langue : Français
ISBN 13: 978-2-7499-1998-O
Prix :14,50€

2 commentaires:

  1. Merci pour cette chronique plutôt sympa à lire : je note le titre !

    RépondreSupprimer
  2. Belle chronique, oui cela donne envie de lire le livre!!!

    RépondreSupprimer